Conseils et entretiens

Conseil et entretien

L’entretien comprend toutes les mesures visant à maintenir le parfait état, à assurer la sécurité et à garantir le bon fonctionnement du chauffage de manière efficace, en empêchant toute panne et en évitant une usure trop importante des éléments essentiels. L’entretien de votre chauffage à mazout doit être exécuté par un chauffagiste qualifié. Un mauvais entretien ou des erreurs de maintenance peuvent provoquer des surcoûts et entraîner des risques pour la sécurité.

L’idéal serait d’effectuer chaque année un entretien ordinaire quelques semaines avant le début ou juste après la fin de chaque saison hivernale.

Citerne à mazout

L’inspection de la citerne par un spécialiste compétent renseigne sur la nécessité de nettoyer la citerne. Il n’y a pas de prescriptions au sujet des intervalles de nettoyage des citernes.

Cheminée et chambre à combustion

La suie présente à l’intérieur de la chaudière (chambre à combustion) est un isolant de premier ordre. La suie réduit passablement l’efficacité du chauffage. Un nettoyage régulier est donc vivement recommandé. La loi impose d’ailleurs le nettoyage et le contrôle périodique de la cheminée.

Ces travaux sont effectués par le ramoneur. La législation de plusieurs cantons a été libéralisée et permet de choisir librement son ramoneur. Dans les autres cantons, on ne peut choisir son ramoneur.

Contrôle de l’installation de combustion

L’ordonnance fédérale sur la protection de l’air (OPair) est la base légale ordonnant le contrôle de l’installation de combustion. Les installations de combustion à mazout et à gaz doivent être contrôlées tous les deux ans. Le contrôle des installations de combustion est de la compétence des communes.

Le contrôle des installations de combustion mesure:

  • le monoxyde de carbone (combustible),
  • les pertes dans les gaz d’échappement (rendement énergétique),
  • la proportion de suie,
  • les proportions d’huile de chauffage non consumée.

Dans les communes ayant libéralisé le contrôle des installations de combustion, ces mesures peuvent non seulement être effectuées par le contrôleur des installations de combustion, mais également par le chauffagiste, dans le cadre de l’entretien périodique du chauffage.

Depuis 1992, seules sont encore autorisées les installations de combustion à faible rejet d’oxyde d’azote (Low NOx). Si leurs pertes énergétiques dans les gaz d’échappement sont trop élevées, les installations existantes doivent être assainies. Le contrôleur des installations de combustion annonce ces cas à la commune qui prononce une décision d’assainissement en impartissant un délai d’exécution.

Périodicité recommandée des entretiens

Citerne à mazout : tous les 10 ans Cheminée / installation de combustion : 1 fois par année Contrôle de l’installation de combustion : tous les 2 ans Chauffe-eau : tous les 5 - 7 ans Brûleur à mazout : 1 fois par année

Technique à condensation

Lors de la combustion du mazout, une réaction chimique se produit par une combinaison du carbone du mazout et de l’oxygène de l’air pour former du dioxyde de carbone (CO2). Lors de cette réaction, une combinaison de l’hydrogène du mazout avec l’oxygène de l’air se produit également pour former de l’eau (H2O). Cette eau, environ 1 litre par litre de mazout consommé, est réchauffée par l’énergie dégagée lors du processus de combustion et se transforme en vapeur d’eau qui s’échappe normalement par la cheminée conjointement avec les autres gaz de combustion. Lors de la combustion, le soufre et l’azote se transforment également et produisent de faibles quantités d’oxydes de soufre et d’azote qui s’évacuent également par la cheminée. Ce processus de combustion produit de l’énergie sous forme de chaleur qui est transmise dans la chambre de combustion au circuit d’eau du système de chauffage.



Dans les chaudières à condensation, les gaz de combustion sont refroidis jusqu’à ce que le point de rosée soit atteint, c’est-à-dire jusqu’à ce que la vapeur d’eau contenue dans les fumées se condense. A ce point, l’énergie de vaporisation de cette eau est libérée et peut être donnée en plus au système de chauffage. Selon le fabricant de chaudière ou en fonction de la puissance de la chaudière, le refroidissement des gaz de combustion en vue de la condensation se passe directement en fin de chambre de combustion ou alors dans un échangeur de chaleur supplémentaire situé entre la chaudière et la cheminé d’évacuation des fumées. Dans les chaudières compactes, cet échangeur est en général directement intégré au corps de la chaudière. Grâce à l’utilisation de la condensation, par rapport à une chaudière conventionnelle à basse température, la récupération supplémentaire de chaleur peut atteindre près de 10% (6% par la condensation de la vapeur d’eau des fumées et 4% par la réduction de la température des fumées à la sortie de la chaudière).
Suite au processus de condensation, de l’eau est récupérée en sortie de chaudière ou dans l’échangeur externe. Cette eau de condensation est ensuite évacuée directement dans la canalisation des eaux usées. Au-dessous d’une puissance de chaudière de 200 kW, l’évacuation vers les eaux usées est possible sans procéder à une neutralisation préalable.
Les chaudières à condensation vous sont proposées pour plusieurs niveaux de puissance. Pour les chaudières d’une puissance inférieure à env. 100 kW, il s’agit en général d’unités compactes. Dans les chaudières à condensation au mazout, la condensation de la vapeur d’eau des gaz de combustion s’effectue à une température des fumées d’environ 47°C. Les gaz de combustion doivent donc être refroidis au-dessous de cette température pour que la condensation puisse se faire. Ce refroidissement a lieu soit directement dans la chambre de combustion de la chaudière, soit dans l’échangeur de chaleur supplémentaire installé en sortie de chaudière.

Rénovation du chauffage

Celui qui possède un chauffage au mazout serait bien inspiré de garder ce type de chauffage en cas de rénovation. Pour le remplacement du brûleur et de la chaudière, on trouve des centrales de chauffage compactes et modernes qui économisent l'énergie, pouvant aussi être équipées d'une chaudière à condensation.

Economiser de l’argent en gardant la citerne existante

Dans le cas d'une rénovation, le nouvel équipement se raccorde sur la citerne existante, dans la plupart des cas même la conduite d'alimentation peut être maintenue. Ainsi, la rénovation du chauffage sera bien meilleur marché qu'un changement pour une autre forme d'énergie. On évite ainsi les frais de suppression de la citerne existante.

Il est également possible en cas de rénovation globale d’installer un stockage de mazout, par exemple deux citernes de ménage en matière synthétiques à double paroi, directement à côté de la chaudière. Cette solution est idéale et particulièrement avantageuse en comparaison avec le changement pour une autre énergie.
Lorsqu'on destine le local de citerne à une autre affectation, après rénovation du chauffage, il est toujours possible de mettre la citerne en pleine terre et de la raccorder à la nouvelle installation. Ce choix est un peu plus coûteux, mais tous les avantages du chauffage au mazout restent sauvegardés.
Il est également possible en cas de rénovation globale d’installer un stockage de mazout, par exemple deux citernes de ménage en matière synthétiques à double paroi, directement à côté de la chaudière. Cette solution est idéale et particulièrement avantageuse en comparaison avec le changement pour une autre énergie.
Lorsqu'on destine le local de citerne à une autre affectation, après rénovation du chauffage, il est toujours possible de mettre la citerne en pleine terre et de la raccorder à la nouvelle installation. Ce choix est un peu plus coûteux, mais tous les avantages du chauffage au mazout restent sauvegardés.

Un changement d’énergie ne se justifie aucunement

Le changement pour une autre énergie (pompe à chaleur, chauffage au bois, gaz, etc.) ne se justifie en général pas. Il est très important, avant d’entamer les travaux d’assainissement d’un chauffage, de bien réfléchir à l’isolation du bâtiment (fenêtre, toiture, façades. En effet, la rénovation du chauffage à faible coût avec le seul changement de la chaudière par une nouvelle chaudière à mazout permet de libérer des moyens financiers pour envisager l’assainissement de certaines parties de l’isolation du bâtiment et d’ainsi économiser de l’énergie. Cette démarche ne serait pas possible avec le seul changement pour une autre énergie à coût plus élevé.

Assainissement du chauffage imposé par l'Opair

Autant les nouvelles que les anciennes installations existantes doivent respecter les valeurs limites selon l'OPair. Le contrôle de combustion comprend les points suivants:

  • pertes par les effluents gazeux
  • indice de suie
  • test du monoxyde de carbone (CO)
  • test des oxydes d'azote (NOx)

Lorsqu'une installation existante ne respecte pas l'une des valeurs limites de l'OPair et ne peut pas être réglée convenablement à brève échéance, l'installation est dénoncée avec un délai d'assainissement de 6 à 10 ans. Si, lors du contrôle de combustion suivant, soit après deux ans, les valeurs limites sont à nouveau respectées ou peuvent être établies de suite par réglage, l'ordre d'assainissement sera à nouveau annulé.

Pour les installations qui dépassent la valeur limite d'oxyde d'azote avec le mazout standard, cette règle offre la possibilité de passer au mazout Eco dans les deux ans. En effet, la faible teneur en azote du mazout Eco permet à ces installations généralement de respecter à nouveau l’Opair lors du changement de qualité de mazout.

L’assainissement est aussi intéressant même sans obligation due à l’Opair

Les installations de générations plus anciennes sont souvent surdimensionnées et fonctionnent à des températures trop élevées avec un rendement insuffisant, en raison de trop grandes pertes par rayonnement et de périodes d'arrêt. Une rénovation en vaut certainement la peine. La technique de combustion améliorée évite au maximum l'émission de polluants. L'installation d'une chaudière récente, selon le type, peut souvent améliorer le rendement thermique de plus de 20%.

Une rénovation concerne normalement le remplacement de la chaudière et du brûleur et éventuellement la production d'eau chaude. La cheminée peut aussi être adaptée à la nouvelle installation et aux conditions de fonctionnement.

Comment procéder à une rénovation?

C'est l'installateur qui s'occupe de telles interventions d'assainissement. Il est recommandé, après visite des lieux, de demander des offres pour la rénovation. Dans les villas individuelles, une rénovation de chauffage bien planifiée permet de remettre en route le chauffage le même jour, après transformation de la chaudière. Donc, un assainissement peut aussi avoir lieu durant la période de chauffage. C'est un argument de plus pour rester avec le mazout en cas de rénovation. Le changement pour un autre combustible exige des travaux de plus longue durée.

Avantages du chauffage à mazout

1. Une comparaison des coûts de chauffage vous rassurera! En raison des bas prix du pétrole et de la haute densité énergétique de l’huile de chauffage extra-légère (env. 10 kWh/litre), de même que de son taux d’utilisation annuelle de plus de 90%, les chauffages à mazout modernes comptent parmi les systèmes de chauffage les plus rentables. Ainsi, ils vous garantissent des coûts de combustibles raisonnables.

2. Les techniques de combustion modernes assurent une combustion économique et peu polluante. Les «techniques de combustion à faible rejet de NOx» ont fait leurs preuves; elles réduisent au minimum les émissions d’oxydes d’azote (NOx), de monoxyde de carbone (CO) et d’autres substances polluantes et ne produisent pratiquement pas de suie! L'Huile de chauffage pauvre en soufre 50PPM est une huile de chauffage écologique particulièrement pauvre en soufre et en azote.

3. Le réglage automatique du chauffage permet d’éviter toute manipulation excessive du chauffage et tout réajustement quotidien. Un seul réglage et vous bénéficiez en permanence d’une agréable température ambiante. Tout le reste est automatique, alors ne vous faites surtout aucun souci! A chaque heure du jour ou de la nuit, vous apprécierez de bénéficier d’une température toujours idéale dans chaque pièce !

4. En Suisse, plus de 400 négociants d’huiles de chauffage garantissent la sécurité de votre approvisionnement en énergie de chauffage! Contrairement à d’autres agents énergétiques, vous ne dépendez donc pas d’une poignée de fournisseurs. En outre, tout le secteur pétrolier travaille en étroite collaboration avec l’économie suisse, assurant des milliers d’emplois en Suisse.

5. Le stockage de l’huile de chauffage est sûr et prend peu de place! Dans une maison d’une surface habitable chauffée de 150 m2 bénéficiant d’une bonne isolation thermique, une réserve d’huile de chauffage de 3000 litres suffira largement à couvrir la consommation annuelle de mazout même dans le cas d’un hiver particulièrement rigoureux. Une citerne placée à la cave occupant un espace de 5 à 6 m2 fera donc l’affaire. A moins que vous ne préfériez une citerne enterrée dans le jardin, pratiquement invisible.

6. L’huile de chauffage permet de constituer ses propres réserves d’énergie pour une ou plusieurs années! Cela vous garantit une grande sécurité d’approvisionnement et une autonomie que ne vous procurent pas d’autres agents énergétiques tels que le gaz naturel ou l’approvisionnement de chaleur à distance. Ces avantages sont très appréciables. De plus, vous pouvez acheter de l’huile de chauffage où et quand vous le souhaitez. Par exemple en été, lorsqu’elle est moins chère, auprès du fournisseur de votre choix.

7. Les réserves de pétrole mondiales suffiront pendant de nombreuses décennies encore. En 2005, les réserves de pétrole recensées s’élevaient à 175 milliards de tonnes, soit plusieurs centaines de millions de tonnes au-delà du chiffre estimé en 1999. Le progrès des techniques d’extraction du pétrole laissent augurer des chiffres plus impressionnants encore…

8. Avec les agents énergétiques dépendants de canalisations, frais de raccordement et d’aménagement, taxes de base et prix au volume sont presque toujours de mise! Les méthodes de décompte manquent souvent de clarté (quand elles ne sont pas tout simplement incompréhensibles). Rien de tel avec l’huile de chauffage! Vous choisissez librement votre fournisseur et vous ne payez que le prix convenu du mazout. Aucun tarif n’est imposé !

9. Les nouveaux chauffages à mazout peuvent facilement être combinés avec des énergies alternatives telles que les installations solaires! En été, la préparation de l’eau chaude devient encore plus écologique. En prime: une réduction substantielle des frais d’exploitation de votre système de chauffage et une contribution supplémentaire à la protection de l’environnement grâce à la baisse de votre consommation d’énergie !

10. Près de la moitié des ménages ayant recours à un chauffage central et plus du quart de tous les ménages suisses ont opté pour un chauffage à mazout! Cela n’a rien d’étonnant, puisque les chauffages à mazout modernes satisfont dans une très large mesure aux exigences élevées auxquelles doit satisfaire un système de chauffage moderne axé sur l’avenir. Compte tenu de la rentabilité, de la protection de l’environnement, de la sécurité d’approvisionnement et de l’autonomie qu’ils assurent, les nouveaux chauffages à mazout représentent la meilleure solution. C’est donc le bon mode de chauffage à choisir pour la vie !